jeudi 15 novembre 2018

2/15 novembre: Icône de la Mère de Dieu de Chouïou-Smolensk ["ШУЙСКАЯ-СМОЛЕНСКАЯ"]



L'icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Chouïou-Smolensk a été peinte dans les années 1654-1655 dans la paroisse de la Résurrection de la ville de Chouïou, où une peste fait rage sans relâche. Confiant dans la miséricorde de Dieu et par l'intercession de la Mère de Dieu, les paroissiens de l'église de la Résurrection demandèrent à un certain moine pieux de peindre l'icône de la Smolensk Mère de Dieu de Smolensk, icône longtemps considérée comme salvatrice du peuple russe frappés par les ennemis et le malheur.

Les paroissiens passèrent toute la semaine dans la prière et le jeûne tandis que l'icône était peinte. Lorsque l'icône fut terminée, le prêtre et le peuple l'apportèrent à l'église et la mirent dans un endroit spécialement construit. Dès cette époque, la peste commença à régresser, d'abord près de la paroisse de la Résurrection, et puis ensuite dans toute la ville.

Par cette icône de la Mère de Dieu, de nombreux miracles de guérison eurent lieu, en particulier pour les fidèles atteints de maladies des yeux. L'icône est également fêtée le 11/24 juillet, le 28 juillet/10 août et le Mardi Lumineux.

Version française Claude Lopez-Ginisty

lundi 12 novembre 2018

30 octobre/12 novembre: Icône de la Mère de Dieu "Ozéryanka" ["ОЗЕРЯНСКАЯ"]


L'icône miraculeuse "Ozéryanka" fut trouvée près de Kharkov, dans le village d'Ozéryana à la fin du XVIe siècle. Un paysan du lieu était occupé à tondre une prairie. Et soudain, après un coup de faux, il entendit un gémissement humain. Le faucheur se pencha et vit l'icône de la Mère de Dieu, et un cierge allumé devant elle. L'icône était peinte sur toile, et le coup de faux avait coupé l'icône en deux. Le paysan prit les deux moitiés, le cierge, et ramenant l'icône chez lui, la mit avec les autres icônes. Imaginez sa surprise quand, le lendemain matin, il vit que les deux  parties de l'icône sectionnées unies, et si étroitement qu'il y avait seulement une faible cicatrice de l'incision. Bientôt, l'icône commença à opérer des miracles et des guérisons.
Actuellement cette icône de la Génitrice de Dieu Ozeryanska est considérée comme la patronne de Kharkov. L'icônee originale de la Mère de Dieu Ozeryanska, est malheureusement, perdue. La cathédrale de l'Annonciation de Kharkov a placé sur ses portes royales une copie fidèle de l'icône miraculeuse, qui, selon les croyants, a le même pouvoir miraculeux. Une autre copie de l'icône est vénérée au monastère  du  "Pokrov" (La Sainte protection de la Mère de Dieu) de Kharkov dans l'église construite en son honneur.
Version française Claude Lopez-Ginisty  

mardi 6 novembre 2018

24 octobre/6 novembre: Icône de la Mère de Dieu "Joie de Tous les Affligés" ["ВСЕХ СКОРБЯЩИХ РАДОСТЬ"]

File:MOGJOAWS.jpg

L'icône miraculeuse de la Mère de Dieu "Joie de Tous les Affligés" a été glorifiée en l'an de Grâce 1688. Euphymie, sœur du patriarche Joachim (de 1674 à 1690), vivait à Moscou et  souffrait d'une maladie incurable depuis une longue période. Un matin, au cours d'un temps de prière, elle entendit une voix qui disait, "Euphymie! Va à l'église de la Transfiguration de Mon Fils; tu y trouveras une icône appelée la "Joie de tous les affligés." Fais célébrer un moleben avec bénédiction de l'eau par le prêtre, et tu recevras la guérison de ta maladie."

Euphymie fit ce qui avait été demandé par la Très Sainte Mère de Dieu, et elle fut guérie. Cet événement eut lieu le 24 octobre/6 novembre 1688.

Une icône miraculeuse de la Mère de Dieu "Joie de Tous les Affligés" (recouverte de pièces par un coup de foudre), fut manifestée à Saint-Pétersbourg en 1888, ce miracle est  narré au 23 Juillet/ 5 août.

Version française Claude Lopez-Ginisty

dimanche 4 novembre 2018

22 octobre/4 novembre: Icône de la Mère de Dieu d'Andronikov ["АНДРОНИКОВСКАЯ" ]



Sur le cou de la Mère de Dieu est représentée une plaie sanglante. Selon la légende, un jour un iconoclaste turc frappa l'icône avec un couteau, après quoi le sang coula de l'image. Dans la partie inférieure de l'icône était attaché un réceptacle, où était enserré le couteau en acier de Damas avec un manche en os, avec lequel le Turc frappa l'icône. En son temps l'icône de la Mère de Dieu appartenait à l'empereur Andronic III Paléologue, d'où son appellation.

D'après les documents qui restent concernant l'icône de la Mère de Dieu, en 1347, elle fut donnée au monastère  Monemvasiyskoy Andronicus dans la Morée, où elle resta jusques au début du XIX siècle. Quand les Turcs en 1821, attaquèrent la Grèce et dévastèrent de nombreuses villes, y compris Monemvasia, l'higoumène du monastère, l'évêque Agapius, laissa tous les trésors du monastère aux mains de l'ennemi, pour sauver seulement l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu Kolomenskoye et il disparut avec elle dans la ville de Patras.

Avant sa mort, Agapius la légua à son parent, le consul général russe N. Vlassopulo dont le fils U.N. Vlassopulo envoya en 1839 l'image d'Athènes à Odessa avec une lettre demandant de la transmettre à Sa Majesté l'Empereur Nicolas à Saint-Pétersbourg.

De 1839 jusqu'au 12 mai 1868 l'icône de la Mère de Dieu était dans le Palais d'Hiver, et du 12 mai 1868 au 16 Avril, 1877, à la cathédrale de la Trinité, de Pétersbourg. En 1877, l'icône fut déplacée dans un couvent en l'honneur de La Mère de Dieu de Kazan, dans la région de Tver, près de la ville de Vichny Volotchyok. 

Préservée malgré toutes les difficultés durant les années difficiles de la période soviétique, en 1984, l'icône de la Mère de Dieu fut volée, et on ne sait où elle se trouve à présent. 

Version française Claude Lopez-Ginisty

22 octobre/4 novembre: Icône de la Mère de Dieu de Kazan ["КАЗАНСКАЯ" ]



La commémoration de la libération de Moscou des polonais par l'icône de la Mère de Dieu de Kazan, fut établie en reconnaissance pour la délivrance de Moscou et de toute la Russie de l'incursion de la Pologne en 1612. La fin du XVIe et le début du XVIIe siècle est connu dans l'histoire russe comme "le Temps des Troubles." Le pays subit l'assaut des armées polonaises, qui se moquaient de la foi orthodoxe, pillant et brûlant les églises, les villes et villages. Par la tromperie, ils réussirent à prendre Moscou. En réponse à l'appel de Sa Sainteté le Patriarche Hermogène, le peuple russe se souleva pour défendre sa terre natale. De Kazan, l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu fut envoyée à l'armée dirigée par le prince Dimitri Pojarski.

Saint Dimitri de Rostov, dans son Discours le jour de l'apparition de l'icône de la Mère de Dieu à Kazan (8 Juillet), déclara:

"La Mère de Dieu a délivré du malheur et de l'épreuve non seulement les justes, mais aussi les pécheurs, mais quels pécheurs? Ceux qui se tournent vers le Père céleste comme le fils prodigue, qui se lamentent en battant leur coulpe comme le publicain, ils pleurent au pieds du Christ, comme la pécheresse lavait Ses pieds de ses larmes, et ils Le confessent, comme le bon larron sur la Croix. Ce sont ces pécheurs auxquels la Mère de Dieu Toute Pure prête attention, et elle se hâte de venir à leur rescousse, les délivrant de grands malheurs et de grandes détresses."

Sachant qu'ils avaient subi ces malheurs pour leurs péchés, toute la nation et la milice s'imposèrent un jeûne de trois jours. En prière, ils se tournèrent vers le Seigneur et Sa Mère Toute Pure pour demander de l'aide. Leur prière fut entendue. Saint Serge de Radonège apparut à saint Arsène (plus tard évêque de Souzdal) et déclara que pour que Moscou soit sauvée, le peuple devait prier la Très Sainte Mère de Dieu. 

Enhardies par cette nouvelle, le 22 octobre 1612, les forces russes libérèrent Moscou des usurpateurs polonais. Une célébration en l'honneur de l'Icône de la Très Sainte Mère de Dieu de Kazan, fut instaurée en 1649. De nos jours même, cette icône est particulièrement vénérée par la nation orthodoxe russe.

L'Icône de Kazan est également commémorée le 8 Juillet.

mardi 30 octobre 2018

17/30 octobre: Icône de la Mère de Dieu, "Vierge avant et après l'enfantement" [ПРЕЖДЕ РОЖДЕСТВА И ПО РОЖДЕСТВЕ ДЕВА"]



L'icône de la Mère de Dieu "en enfantant, tu conservas ta virginité" ("Vierge avant et après l'enfantement") fut transférée au monastère Nikolaev Pechkov du diocèse de Moscou par le marchand moscovite Alexis Grigorievich Mokeev. Vers 1780 Alexis rejoignit les moines du monastère. Il avait donné toute sa richesse à l'higoumène du monastère, l'archimandrite Macaire, et l'icône sainte restait dans sa cellule.

Après la mort d'Alexis, l'icône fut donnée à l'archimandrite, qui observa que l'icône avait été peinte à l'huile sur toile et non pas selon les règles prescrites de l'iconographie (id est, sur bois et en utilisant la tempéra à l'œuf), et il l'installa sur la porte de sortie de la chapelle de St-Méthode, qui était sur une rue non loin du monastère.

La glorification de l'icône sainte commença en 1827, lorsque le capitaine Platon Osipovitch Shabashov, en passant de nuit devant la chapelle, vit une lumière extraordinaire venant de l'icône de la Très Sainte Mère de Dieu. Une autre fois, il eut une vision de l'icône à un moment où il se trouvait dans des circonstances difficiles. Dans un rêve, Platon vit l'icône rayonnante de la Mère de Dieu dans les nuages ​​au-dessus de la chapelle de St-Méthode et il entendit une voix dire: "Si tu souhaites être délivré de la tentation, prie devant cette icône." Platon obéit à l'injonction de la Mère de Dieu, et son affliction disparut.

Le pieux Platon parla des miracles à l'higoumène du monastère. Il transféra ensuite l'image sainte dans le monastère. Quand ils voulurent mettre l'icône dans un kiot [cadre de protection avec une vitre], l'image de la Très Sainte Vierge, peinte sur toile, se tendit laissant voir une planche, sur laquelle se cachait une représentation de la Mère de Dieu de la meilleure qualité. De nombreux miracles furent enregistrées comme ayant eu lieu devant cette icône en 1848 lors d'une épidémie de choléra, où beaucoup qui prièrent devant elle furent guéris.

Cette icône de la Mère de Dieu est du type Hodigitria.

Version française Claude Lopez-Ginisty

17/30 octobre: Icône de la Mère de Dieu "Libératrice" [ИЗБАВИТЕЛЬНИЦА]


L'icône de la Mère de Dieu "Libératrice", avant d'être amenée au monastère  Simono-Kananitsk du Nouvel Athos dans le Caucase, était sur le mont Athos avec un frère du monastère russe de Saint-Pantéléimon, le moine  mégaloschème Martinien (+ 1884). Le  pieux  mégaloschème avait reçu cette icône de l'ascète Théodule. L'icône sainte fut glorifiée par des miracles pendant de nombreux siècles. 

Après avoir prié devant cette icône les habitants de Sparte, en Grèce furent délivrés d'une invasion de sauterelles en 1841. Sur l'icône la Très Sainte Mère de Dieu tient l'Enfant divin sur son bras gauche, et Il bénit de Sa main droite.

Du monastère de Saint-Pantéléimon, selon les dernières volontés du mégaloschème Macaire, qui l'avait alors en sa garde, cette icône fut donnée au monastère du Nouvel Athos le 20 juillet 1889, et la célébration de fête en son honneur fut fixée au 17/30 octobre.

Lorsque le jour de la fête en l'honneur de cette icône fut célébré au monastère de Simono-Kananitsk, une tempête jeta plus d'une tonne de poisson sur la plage du monastère, pourvoyant aux repas des visiteurs.

Elle est aussi fêtée le 17/30 avril.

Version française Claude Lopez-Ginisty