lundi 8 octobre 2018

25 septembre/8 octobre: Icône de la Mère de Dieu "Apaise ma douleur" ["УТОЛИ МОЯ ПЕЧАЛИ"]



L'icône de la Mère de Dieu,  "Apaise Ma Douleur", accomplit de nombreux miracles à Moscou dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et principalement durant l'épidémie de peste de 1771. L'icône apportée par les Cosaques à Moscou en 1640 sous le règne de Mikhaïl Fédorovitch (1613-1645) fut placée dans l'église Saint-Nicolas. 

Il fut un temps, probablement en raison du feu et de reconstructions répétées du temple de l'icône oubliée, elle fut abandonnée dans la tour du clocher. Mais une femme malade eut une vision de l'icône et fut guérie par la Mère de Dieu. Ensuite une chapelle en son honneur fut construite. A partir de 1760, une fête de l'icône miraculeuse, eut lieu dès lors chaque année le 25 janvier/7 février en mémoire de la guérison de la malade, qui avait eu cette vision de l'image sacrée et avait été guérie après la prière devant elle.

A cette époque, sont attirés par sa vie et acathiste. Listes Révéré la Mère de Dieu, appelé "Apaiser Mes Douleurs", sont dans de nombreuses églises à Moscou et d'autres villes.

Elle est fêtée le 25 septembre/8 octobre et également le 9/22 octobre.

Version française Claude Lopez-Ginisty

dimanche 7 octobre 2018

24 septembre/ 7 octobre: Icône de la Mère de Dieu de la Myrte (Myrtidiotissa) [ΜΥΡΤΙΔΙΩΤΙΣΣΑ]




L'icône de la Très Sainte Mère de Dieu de la Myrte (Myrtidiotissa/ΜΥΡΤΙΔΙΩΤΙΣΣΑ en grec) est dans l'église du monastère de Myrtides sur l'île grecque de Cythère. Elle tire son nom du fait qu'elle a été trouvée dans un buisson de myrte au XIVe siècle.

A cette époque, un berger faisait paître ses brebis dans une vallée déserte qui était remplie de buissons de myrte. Le 24 septembre/7 octobre, quarante jours après la Dormition, la Mère de Dieu lui apparut et lui dit de chercher son icône qui avait été amenée à cet endroit de nombreuses années auparavant.

Le berger, de stupéfaction, tomba au sol et pria la Mère de Dieu. Dès qu'il se leva et se retourna, il vit l'icône dans les branches d'un buisson de myrte. Pleurant de joie, il apporta l'icône chez lui et raconta à ses amis et parents comment il l'avait trouvée.

Quand il se réveilla le lendemain matin, le berger ne trouva plus l'icône, et il pensa que peut-être quelqu'un l'avait volée pendant la nuit. Le cœur lourd, il  mena ses brebis vers l'endroit où il avait trouvé l'icône. À son grand étonnement, il vit l'icône encore une fois dans les branches de l'arbuste de myrte. Glorifiant Dieu, l'homme prit à nouveau l'icône dans sa demeure. Le lendemain matin, elle avait disparu tout comme auparavant. Lorsque cela se produisit pour la troisième fois, le berger comprit que la Mère de Dieu voulait que son icône reste où elle était apparue.

Une petite église fut construite pour abriter l'icône, et elle fut nommée "église de la myrte" d'après l'icône. Le bâtiment fut rénové et agrandi au fil des ans, et de nombreux miracles y eurent lieu.

A la fin du XVIe siècle, Théodore Koumprianos, descendant du berger qui avait trouvé l'icône, vivait dans le village de Kousoumari. Il était paralytique, et avait la foi inébranlable que la Mère de Dieu le guérirait. Chaque année, le 24 septembre, il envoyait un membre de la famille à l'église pour allumer des cierges pour lui. Une année, il demanda d'y être porté par sa famille, afin de pouvoir vénérer l'icône lui-même. 

Pendant la vigile, un grand bruit se fit entendre venant de la direction de la mer. Les gens s'enfuirent de l'église, pensant que les pirates attaquaient. Le paralytique resta seul dans l'église, suppliant la Mère de Dieu de le protéger. Soudain, il entendit une voix venant de l'icône, lui enjoignant de se lever et de fuir. 

Il se leva, puis sortit de l'église. Bientôt, il fut en mesure de courir et de rattraper ses parents, qui se réjouirent en voyant ce miracle. En fait, il n'y avait aucune attaque de pirates, et le bruit entendu fut considéré comme un signe de la Providence de Dieu, afin que le paralytique puisse rester seul dans l'église avec l'icône. Depuis ce temps, la famille Koumprianos célèbre la fête le jour de l'icône avec une vénération particulière, puisque Théodore a été guéri ce jour-là.

Certains des autres miracles associés à la Très Sainte Mère de Dieu et à son icône "de la Myrte" comprennent la protection de l'île de la peste, la fin de la stérilité d'une femme juive d'Alexandrie, le sauvetage des gens de la mort, et de nombreuses autres grandes merveilles.

Les pèlerins viennent vénérer l'icône pour la fête de la Dormition (15/28 août), et aussi le jour de sa découverte (24 septembre/7 octobre).


Version française Claude Lopez-Ginisty

24 septembre/7octobre: Icône de la Mère de Dieu de Miroj [МИРОЖСКАЯ]


L'icône de la Mère de Dieu de Miroj apparu au monastère de Miroj en l'an de Grâce de notre Seigneur de 1198. Mais plus tard, sous le règne d'Ivan le Terrible, à un moment où la peste sévissait à Pskov, un rapport ancien raconte comment des larmes coulaient des deux yeux de l'icône. De nombreuses guérisons se produisirent lors de sa vénération.

L'icône est du type "Orante" (La Mère de Dieu est en prière, les bras levés). Sur certains modèles, de chaque côté de la Très Sainte Mère de Dieu se trouvent quelquefois les saints de Pskov: sur la droite, le saint prince Dovmont-Timothée; sur la gauche, son épouse, la sainte moniale Marthe, nommée dans le monde Maria Dimitrievna [petite fille de saint Alexandre de la Néva]. Le tsar Ivan Vassilievitch emporta l'icône miraculeuse de Pskov, mais une copie exacte demeura au monastère: la  "Grande Panaghia" [Grande Toute Sainte, littéralement] du monastère du Sauveur de Miroj.

Le 24 septembre 1567, en la fête de saint Abraham au monastère de Miroj il y eut un signe miraculeux venant de cette ancienne icône de la Très Sainte Mère de Dieu. La célébration de l'icône du Signe de Miroj fut établie la même année, avec la bénédiction de l'archevêque Pimen de Novgorod et Pskov. Un office spécial fut composé pour cette icône, et il fut publié dans le Ménée de 1666.

Version française Claude Lopez-Ginisty 

samedi 6 octobre 2018

23 septembre/ 6 octobre: Icône de la Mère de Dieu de Slovène [СЛОВЕНСКАЯ]



L'icône de la Très Pure Mère de Dieu "Slovène" fut découverte  le 23 septembre 1635 près du village de Slovène, dans la région de Kostroma. 
Un chasseur pendant la chasse découvritpar hasard une petite église en forme de tente, envahie par la mousse. Il y entra et vit que tous les vases de l'église étaient tombés en poussière avec le temps, seule cette icône de la Mère de Dieu était complètement indemne. Par la suite, une communauté fut établie sur le lieu de cette découverte.

Version française Claude Lopez-Ginisty

lundi 1 octobre 2018

18 septembre/1er octobre: Icône de la Mère de Dieu "Guérissante" [ЦЕЛИТЕЛЬНИЦА]



L'histoire de l'icône de la Mère de Dieu "Guérissante" est associée à des événements miraculeux à Moscou à la fin du XVIIIe siècle. Un prêtre, Vincent Boulveninsky avait la pieuse habitude  de se mettre à genoux devant l'image de la Très Pure Mère de Dieu, à l'entrée de l'église et à la sortie de celle-ci, et de réciter cette courte prière: " Réjouis-toi, Pleine de Grâce, le Seigneur est avec toi! Heureux le sein qui a enfanté le Christ, et les mamelles qui ont nourri notre Sauveur le Seigneur Dieu!"

Un jour, Vincent fut gravement malade: sa langue était devenue noire, et la terrible douleur lui fit perdre conscience. Revenant à lui, il récita sa prière habituelle à la Toute Pure, et immédiatement il vit à la tête de son lit un ange, qui, avec lui avait commencé à offrir des prières à la Mère de Dieu. Le regardant avec compassion, l'ange demandait à la Mère de Dieu sa guérison, et dans une lumière inhabituelle, la Mère de Dieu apparut et guérit cet homme pieux qui la vénérait grandement. 

Se sentant parfaitement sain, Vincent se leva et alla à l'église. Prenant place dans le chœur, il  commença à chanter à l'étonnement de tous. Ce miracle fut la raison qui fit peindre cette icône de la Mère de Dieu "Guérissante."

Version française Claude Lopez-Ginisty

Une icône de la Mère de Dieu "Guérissante" existait aussi en Géorgie. Elle avait été peinte du temps de saints Nina, égale-aux-apôtres

18 septembre/ 1er octobre: Icône de la Mère de Dieu de Staro Rus [Старорусская ]



L'icône Staro Rus de la Mère de Dieu a été ainsi nommée parce que pendant longtemps elle fut présente à Staro Rus, où elle avait été apportée par des Grecs d'Olviopolis, lors de la première période du christianisme en Russie. 

L'icône demeura à Staro Rus jusques au XVIIe siècle. En 1655, lors d'une épidémie de peste (certaines sources parlent de choléra), il fut révélé à un certain habitant de la ville de Tikhvine que la peste cesserait si l'icône miraculeuse Staro Rus  y était transférée, et que l'icône de Tikhvine était envoyée à Staro Rus.

Après le transfert des icônes, la peste cessa, mais les gens de Tikhvine ne rendirent pas l'icône et c'est seulement au XVIIIe siècle qu'ils donnèrent la permission d'en faire une copie, qui, le 4/17 mai 1768 fut envoyée à Staro Rus. Une fête fut créée en l'honneur de cet événement. Le 17 septembre 1888, l'icône originale fut rendue à Staro Rus et un deuxième jour de fête fut alors établi au 18 septembre/1er octobre.

Version française Claude Lopez-Ginisty

dimanche 30 septembre 2018

17/30 septembre: Icône de la Mère de Dieu de Macariev [МАКАРЬЕВСКАЯ]


L'icône Macariev "Hodighitria/ Qui montre le Chemin" de la Mère de Dieu est apparue pendant le règne du prince Basile the Dark (1425-1462) à saint Macaire le Thaumaturge, qui œuvrait dans l'ascèse sur les rives désolées de la rivière Ounja.

Le 17 septembre 1442, vers la troisième heure du matin, quand saint Macaire achevait son acathiste matinal habituel à la Très Sainte Mère de Dieu, sa cellule fut soudain éclairée par une lumière inconnue. Le moine fut troublé et il commença à prier avec ferveur.

Au-delà des murs de la cellule, il entendit le refrain angélique: " Vierge Marie ô Mère de Dieu, réjouis-toi, pleine de grâce..." De peur et d'étonnement, le moine sortit de sa cellule et à l'horizon nord-ouest, il aperçut l'icône de la Mère de Dieu, entourée d'un rayonnement lumineux.

L'icône s'approcha vers la cellule de l'ascète. Tremblant de joie le moine tomba au sol et cria: "Réjouis-toi, Mère de Dieu! Je te salue, intarissable fontaine qui donne le salut au monde et assure la protection et l'intercession à toutes les terres de Galice! "

Avec révérence, il prit l'icône et la plaça dans sa cellule, c'est la raison pour laquelle elle fut également nommée "Icône de la Cellule." Par la suite, les disciples du moine lui donné le titre de "Macariev." 

Sur le lieu de l'apparition de la sainte icône, un monastère fut fondé, et également nommé Makariev. Des copies de l'icône de la Mère de Dieu de Makariev  furent faites, et devinrent aussi célèbres que l'original.

Version française Claude Lopez-Ginisty

vendredi 21 septembre 2018

8/21 septembre: Icône de la Mère de Dieu de Potchaïev [«ПОЧАЕВСКАЯ» ]



La montagne de Potchaïev est à l'ouest de la Russie, et là, au XIVème siècle, est apparuee la Mère de Dieu avec le Sauveur à deux moines et un berger. Après cette apparition, une seule empreinte du pied de la Toute Pure est restée gravée dans la montagne, à partir de laquelle une source a surgi. 

La montagne auparavant déserte est devenue le site d'un monastère dédié à ce miracle. Plus de 200 ans plus tard, le monastère reçut la visite d'un évêque grec du nom de Néophite, qui laissa comme cadeau au monastère, une icône de la Mère de Dieu de Constantinople. Cette icône porta alors le nom du monastère et devint l'icône de la Mère de Dieu de Pochaïev.

En 1675, une armée turque avançait vers la montagne de Pochaïev, déterminée à élargir le Dar al-Islam [Maison/empire de l'islam]. Le monastère, était incapable de résister à une agression, et ce malgré la présence des défenseurs des armées, aussi nombreux furent ceux qui abandonnèrent l'espoir que Pochaïev pourrait survivre.

Au matin du 23 juillet/5 août, l'higoumène de Pochaïev enjoignit aux moines de demander l'intercession de la Mère de Dieu et à saint Job, ancien moine dont les reliques étaient dans le monastère. Les Turcs massés au pied de la montagne préparaient leur assaut, les moines commencèrent la prière "Ô Reine des armées célestes…" devant l'Icône de la Toute Pure Mère de Dieu:

A ces mots, la Mère de Dieu apparut dans les nues, le moine Job en prière à côté d'elle, avec une armée d'anges aux épées dégainées. A cette apparition, les défenseurs furent comblés, tandis que les Turcs furentterrifiés. Telle est la puissance et la force des images célestes.

Dans la panique, les Turcs décochèrent des flèches dans le ciel sur l'apparition, mais les flèches ne firent que retomber à terre sur les assaillants. Encore plus paniqués, les Turcs prirent la fuite, se piétinant les uns les autres dans leur débâcle. Les défenseurs se précipitèrent hors du monastère pour faire des prisonniers de l'armée en déroute. Ces prisonniers connurent plus tard la liberté des enfants de Dieu en Christ, et beaucoup demeurent à Pochaïev et se firent moines.

L'icône ci-dessus est une copie de la Pochaev Icône. La frontière de nuages représentent la vision de la Toute Pure avec l'Enfant-Dieu, Notre Sauveur. On voit en dessous l'empreinte du pied de la Mère de Dieu sur laquelle le monastère (également représenté) fut fondé.


The original Pochaev Icon

Icône originale de Pochaïev


En 1721 Le monastère fut occupé par les uniates. Cependant, au cours de cette période difficile, la chronique du monastère répertorie 539 miracles de l'icône miraculeuse. Ainsi pendant l'occupation uniate dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, le comte uniate Nicolas Pototski devint un bienfaiteur de la Laure de Potchaïev à la suite d'un grand miracle. 

Ayant accusé son cocher d'avoir renversé le chariot avec ses chevaux , le comte sorti un pistolet pour lui tirer dessus. Le cocher, se tourna alors vers la colline de Potchaïev, éleva ses mains vers le ciel et s'écria: "Mère de Dieu, qui se manifeste dans l'icône Potchaïev, sauve-moi!" 

Pototski essaya à plusieurs reprises de tirer avec son arme, qui ne lui avait jamais fait défaut, mais l'arme ne fonctionna pas. Le cocher resta vivant et remercia la Toute Sainte. Pototski alors se rendit d'emblée vers l'icône miraculeuse et décida de lui-même de se consacrer et de consacrer tous ses biens au monastère. Grâce à sa générosité,  fut construite la cathédrale de la Dormition et des bâtiments pour les moines.

 Le retour de Pochaev dans le giron de l'orthodoxie en 1832 fut marqué par la guérison miraculeuse d'une jeune fille aveugle. A la suite du miracle de la guérison de sa cécité de cette jeune aveugle du nom d'Anne Akimtchoukova, Innocent, archevêque de Volhynie et archimandrite de la Laure de Potchaïev (1832-1840), établit la règle de lecture de l'acathiste le samedi devant l'icône thaumaturge.


Cette icône a accompli beaucoup d'autres miracles, et elle est toujours reconnue comme icône miraculeuse jusques à ce jour. A la date du 23 juillet/5 août, le  miracle de la délivrance du monastère de l'assaut des turcs est commémoré.

Le 8/21 septembre est fêté sa translation au Monastère de Pochaïev. 

Sous l'higouménat d'Agathange (1866-1876), une chapelle séparée fut construite dans les galeries de l'église de la Sainte Trinité pour commémorer la victoire sur les Tatars Le 23 juillet/5 août.


A la suite du miracle de la guérison de sa cécité de la jeune fille aveugle Anne Akimtchoukova, Innocent, archevêque de Volhynie et archimandrite de la Laure de Potchaïev (1832-1840), établit la règle de lecture de l'acathiste le samedi devant l'icône thaumaturge.

L'icône est aussi fêtée le Vendredi de la Semaine Lumineuse.

Tropaire de l'icône au Ton 5

Ô Souveraine, à ceux qui prient devant Ta sainte icône,
est accordé de recevoir la guérison et la connaissance de la vraie foi,
Et ils repoussent les attaques de la horde musulmane.
C'est pourquoi nous te prions de demander 
Pour nous qui nous inclinons devant toi,
 la rémission des péchés.
Illumine nos coeurs par des pensées de piété,
Et élève une prière à ton Fils pour qu'Il sauve nos âmes.

Version française Claude Lopez-Ginisty

8/21 septembre: Icône de la Mère de Dieu du Signe de Koursk [ЗНАМЕНИЕ КУРСКАЯ-КОРЕННАЯ]



L'icône de la Mère de Dieu du Signe de Koursk, est une des icônes les plus anciennes de l'Eglise russe. Au XIIIème siècle, lors de l'invasion tatare, la ville de Koursk, ravagée par des hordes de Batou, tomba dans l'oubli. 

Le 8 septembre 1295, dans son voisinage, un chasseur vit, à la racine d'un arbre cette icône, face contre terre. Le chasseur la prit et la reconnut comme l'icône "Du Signe" de Novgorod [basée sur la Parole de l'Ecriture: C'est pourquoi le Seigneur Lui-même vous donnera un signe: Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel (Isaïe 7:14).]. 

Or dès que le chasseur l'a souleva de terre, immédiatement à l'endroit où elle se trouvait surgit avec puissance une source d'eau pure. Lorsque ceci advint, le chasseur n'osa pas laisser l'icône dans les bois et il construisit donc sur le site même une petite chapelle en bois, où il mit la nouvelle icône de la Toute Pure. Cela devint bientôt connu des habitants de la ville de Rylsk, située à proximité, et ils commencèrent à visiter le lieu, sanctuaire de ce miracle.


L'icône fut déplacée à Rylsk et mise dans la nouvelle église de la Nativité de la Bienheureuse Mère du Seigneur. Mais l'icône n'y demeura que pendant une courte période, car elle disparut miraculeusement et retourna à son emplacement d'origine.

Les résidents de Rylsk la reprirent à plusieurs reprises et la rapportèrent à la ville, mais l'icône revint encore mystérieusement à son emplacement d'origine. Alors, tous comprirent que la Toute Sainte voulait rester à l'endroit de son invention. 

Cette icône est associée à des événements importants de l'histoire de la Russie: la guerre de libération du peuple russe lors de l'invasion de Pologne-Lituanie en 1612 et la guerre de 1812. De cette icône furent faites plusieurs copies, qui sont également célèbres.

Elle est fêtée le 8/21 mars, le 11/24 juin, le 8/21 septembre et le 27 novembre/10 décembre.
*



Celle qui est représentée ci-dessus, partit avec les "russes blancs" lors de la révolution athée de 1917, et elle reste jusques à ce jour dans l'Eglise Russe Hors Frontières où elle continue à intercéder pour les fidèles. Elle voyage aussi dans le monde pour répandre la Grâce de Dieu lors de ses déplacements.

Version française Claude Lopez-Ginisty