samedi 10 décembre 2016

27 novembre/10 décembre: Commémoration de l'icône myrrhoblyte de la Mère de Dieu "du Signe" à Novgorod [Знамение/Новгородская]



L'icône de la Mère de Dieu "du Signe", dépeint la Très Sainte Mère de Dieu, les mains levés dans la prière et le Divin Enfant sur son sein dans une mandorle (ou une sphère). 

Cette représentation de la Mère de Dieu est considérée comme l'une des toutes premières de ses représentations iconographiques. Dans le mausolée de saint Agnès à Rome, il y a une représentation de la Mère de Dieu orante, les mains levées en prière avec l'Enfant Jésus assis sur ses genoux. Cette représentation est attribuée au IVe siècle. Il y a aussi une ancienne icône byzantine de la Mère de Dieu "Nikopea" dès le VIe siècle, où la Très Sainte Mère de Dieu est représentée assise sur un trône et tenant dans ses mains un bouclier ovale avec l'image de l'Emmanuel Sauveur.

Les icônes de la Mère de Dieu, connues comme icônes du "Signe," sont apparues en Russie au cours des XIe-XIIe siècles, et ont été appelées ainsi en raison d'un signe miraculeux de l'icône de Novgorod en 1170.

Cette année-là, les forces alliées des princes russes de l'apanage, dirigés par un fils du prince André Bogolioubsky de Souzdal, parvinrent jusque sous les murs de la Grande-Novgorod. Pour les gens de Novgorod, leur seul espoir restant était que Dieu les aide. Jour et nuit, ils prièrent, suppliant le Seigneur de ne pas les abandonner. La troisième nuit, l'évêque Elie de Novgorod entendit une voix merveilleuse commandant que l'icône de la Très Sainte Mère de Dieu soit sortie de l'église de la transfiguration du Sauveur sur la rue Ilina, et portée en procession sur les murs de la ville.

Tandis qu'ils portaient l'icône, l'ennemi tira une volée de flèches sur la procession, et l'une d'elle perça le visage sur l'icône de la Mère de Dieu. Des larmes coulèrent de ses yeux, et l'icône tourna son visage vers la ville. Après ce divine signe une terreur indicible s'empara soudain de l'ennemi. Ils commencèrent à se frapper les uns les autres, et en prenant courage du Seigneur, sans crainte les gens de Novgorod livrèrent bataille et remportèrent la victoire.

En souvenir de l'intercession miraculeuse de la Reine du Ciel, l'évêque Elie établit un jour de fête que l'Eglise russe célèbre jusques à ce jour, en l'honneur de la Mère de Dieu du Signe. Le hiéromoine athonite Pacôme logothète, qui était présent à la célébration festive de l'icône en Russie, composé de deux canons pour cette fête.

Sur certaines icônes du Signe de Novgorod, les événements miraculeux de 1170 ont également été représentés. Pendant 186 années, l'icône miraculeuse resta dans l'église de la Transfiguration du Sauveur de la rue Ilina. En 1356, elle fut transférée dans l'église construite à Novgorod en l'honneur de l'icône de la Très Sainte Mère de Dieu "du Signe," qui devint l'église cathédrale du monastère du Signe.

De nombreuses copies de l'icône du Signe sont connues dans toute la Russie. Beaucoup d'entre elles ont également été glorifiées par des miracles dans leurs églises locales, et ont ensuite été nommées d'après le lieu de l'apparition du miracle. Des exemplaires similaires du l'icône du Signe sont les icônes de Dionysievo-Glushets, Abalaka (20 Juillet), Koursk, Séraphin-Ponetayev et d'autres encore.

Version française Claude Lopez-Ginisty

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire